Le ris de ma maistresse est un Printemps de roses…

Le ris de ma Maistresse est un Printemps de roses,
De boutons, et d’oeillets, et sa chaste beauté
Représente à mes yeux la chaleur d’un Esté,
Alors que sur les champs sont les grappes descloses.

Elle tiendroit en soy toutes douceurs encloses,
Si un Automne, hélas ! qui est sa chasteté,
Et un Yver fascheux, qui est sa cruauté,
Ne faisoyent dans mon cueur mille métamorphoses.

Car ce cruel Amour ores, pour se vanger,
En un rocher muet fait mon cueur eschanger,
Seulement au refus d’une subtile oeillade ;

Ores fait résonner la langueur de mes sons,
Me faisant entonner mil et mille chansons,
Si je suis tant heureux qu’Olimpe me regarde.

Recueil :

Voter pour ce poème!

Vous êtes le seul qui peut nous sauver de l'ennui mortel de ne pas avoir de commentaires sur notre poème. S'il vous plaît, faites-nous cet honneur.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments