Jupiter et Minos

Mon fils, disait un jour Jupiter à Minos,
Toi qui juges la race humaine,
Explique-moi pourquoi l’enfer suffit à peine
Aux nombreux criminels que t’envoie Atropos.
Quel est de la vertu le fatal adversaire
Qui corrompt à ce point la faible humanité ?
C’est, je crois, l’intérêt. – L’intérêt ? Non, mon père.
– Et qu’est-ce donc ? – l’oisiveté.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments