Le huchier de Nazareth

Le bon maître huchier, pour finir un dressoir,
Courbé sur l’établi depuis l’aurore ahane,
Maniant tour à tour le rabot, le bédane
Et la râpe grinçante ou le dur polissoir.

Aussi, non sans plaisir, atil vu, vers le soir,
S’allonger jusqu’au seuil l’ombre du grand platane
Où madame la Vierge et sa mère sainte Anne
Et Monseigneur Jésus près de lui vont s’asseoir.

L’air est brûlant et pas une feuille ne bouge ;
Et saint J oseph, très las, a laissé choir la gouge
En s’essuyant le front au coin du tablier ;

Mais l’Apprenti divin qu’une gloire enveloppe
Fait toujours, dans le fond obscur de l’atelier,
Voler les copeaux d’or au fil de sa varlope.

Les Trophées

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments