Effroyables deserts, pleins d’ombre, et de silence

Effroyables deserts, pleins d’ombre, et de silence,
Où la peur, et l’hyver, sont éternellement ;
Rochers affreux, et nus, où l’on voit seulement
Le tonnerre, et les vents montrer leur insolence.

En quelque part des Cieux que le Soleil s’élance,
Vous estes tousjours pleins d’un froid aveuglement,
Et vos petits ruisseaux malgré leur element
Font monter jusqu’aux airs leur foible violence.

Lieu où jamais l’amour ne vint tendre ses rets,
Torrents, cavernes, troncs, si parmy ces forests
Je me tiens si content, et je vous ayme encore

Ce n’est pas qu’en efect vous ayez des appas,
Mais puisque vous avez la Beauté que j’adore,
Puisje avoir ce Bonheur, et ne vous aymer pas ?

Second livre des Delices de la Poesie françoise

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments