D’un charlatan

Un charlatan disait en plein marché
Qu’il montrerait le diable à tout le monde ;
Si n’y eût nul, tant fûtil empêché,
Qui ne courût pour voir l’esprit immonde.
Lors une bourse assez large et profonde
Il leur déploie, et leur dit : ‘ Gens de bien,
Ouvrez vos yeux ! Voyez ! Y atil rien ?
Non, dit quelqu’un des plus près regardants.
Et c’est, ditil, le diable, oyezvous bien ?
Ouvrir sa bourse et ne voir rien dedans. ‘

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Aurore

Nature, laisse-moi…