La Dernière Main

Sur la tribune la main droite détachée du corps
Dévoile les clichés
La main droite répand des ailes
Fuit vers la mer avec les animaux
La main droite modeste
Modeste sans trembler modestement la modestie
Fuit les cadres d’étoiles les dragons
Qui dorment en terre et dans les champs arides.
Architecturale à détruire
La main droite s’affaiblit
Frappée de stérilité
A la lumière crue de la mémoire
Elle favorise l’imitation
Et la reproduction des chairs.

Paul Eluard

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments