Rechercher
Chercher dans le titre
Chercher dans le contenu
Filter by Custom Post Type

Essayez: AmourBonheurAmitiéNatureTemps qui passe‎TristesseViePrintempsRomantique

La promenade

Ce matin

après une longue claustration

on m’a permis de faire la promenade

quinze minutes

dans un couloir terrain vague

jonché de débris de verre

et de boîtes de conserve rouillées

Un « fonctionnaire » gardait la grille

À l’autre bout de mon terrain de parcours

un autre

le fusil en bandoulière

Tout cela en l’honneur

d’un homme malade

épuisé par quinze jours de grève de la faim

Mais ça ne me fait plus rien

d’être regardé comme un fauve

ruminant de sombres cavales

et dont il faut se méfier du moindre geste anodin

Je sais même que ces hommes-là

veillant sur la direction de mes pas

sont peut-être compatissants

ou au minimum indifférents

question de faim et trop de misère

Il y avait un soleil à faire perdre la tête

le ciel était bleu, bleu

je ne savais plus où donner de la tête en regardant là-haut

Alors j’ai fermé les yeux

et je me suis baigné la face et les mains

dans ces troublantes noces des éléments

puis mon cœur s’est mis à battre

à son rythme naturel

celui du cours régulier de l’espoir

  • 0/5
  • 0 Avis
0 AvisX
Mauvais! Pas si bon! Bon! J'aime Excellent!
0% 0% 0% 0% 0%

Avez-vous été touché par ce poème? Partagez votre histoire ici.

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Abdellatif Laâbi

Abdellatif Laâbi, né à Fès en 1942, est un poète, écrivain et traducteur marocain. Il a fondé en 1966 la revue Souffles qui jouera un rôle considérable dans le renouvellement culturel au Maghreb. Son combat lui vaut d'être emprisonné de 1972 à 1980. Il s'est exilé en France en 1985. Il reçoit le prix Goncourt de la poésie le 1er décembre 2009 et le Grand Prix de la Francophonie de l'Académie française en 2011.

Send this to a friend