L’école du soir

Aurore, à nul des coeurs qui saignent,
Ne vas recommander l’école
Où buissonnière on nous enseigne
La douleur plutôt que les jeux.

Un jour, en mousse se déguise
L’espiègle Vénus, et son col
Marin fait le ciel orageux ;
Demain en maîtresse d’école,

Mais marine, non buissonnière.
Ses leçons sont plus à ma guise,
Ignorante, elle qui serait
De ses élèves la dernière !

Vénus charmant les tableaux noirs
Figure tracée à la craie,
Enfin Vénus s’effacerait,
Ligne à ligne, de nos mémoires.

Les joues en feu

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments