La grenouille

La grenouille chante au bord de l’étang,

Qui, sous un rayon de lune tremblote ;

Dans le crépuscule où du rêve flotte,

C’est un chant très doux et très attristant.
C’est un chant très doux et très attristant

Qui monte, – toujours une même note ;

Sur l’eau qui se moire et qui papillote,

Le roseau fluet penche en chuchotant.
Le roseau fluet penche en chuchotant,

Et la mare aux grands nénuphars clapote ;

La lune, ce soir, est un peu pâlotte…

C’est un chant très doux et très attristant.
C’est un chant très doux et très attristant

Qui monte, – toujours une même note ;

Dans le crépuscule où du rêve flotte,

La grenouille chante au bord de l’étang.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments