La fille de l’hôtesse

« Du vin ! Nous sommes trois ; du vin, allons, du vin !
Hôtesse ! nous voulons chanter jusqu’au matin.
As-tu toujours ta vigne et ta fille jolie ?
L’amour, le vin, voilà les seuls biens de la vie.

— Entrez, seigneurs, entrez…. le vent est froid, la nuit.
Ma vigne donne un vin qui brûle et réjouit ;
Le soleil a mûri les raisins qu’elle porte,
Mon vin est clair et bon : buvez !… Ma fille est morte !

— Morte ? — Depuis un jour. — Morte, la belle enfant !
Laisse-nous la revoir. Plus de vin, plus de chant !
Que ta lampe un instant éclaire son visage ;
Chapeau bas, nous dirons la prière d’usage. »

Et les passants criaient : « Du vin, allons, du vin !
Hôtesse ! nous voulons chanter jusqu’au matin.
As-tu toujours ta vigne et ta fille jolie ?
L’amour, le vin, voilà les seuls biens de la vie. »

Le premier voyageur s’inclina près du lit,
Écartant les rideaux, à demi-voix il dit :
« Belle enfant, maintenant glacée, inanimée,
Pourquoi mourir si tôt ? Moi, je t’aurais aimée ! »

Et l’on disait en bas : « Du vin, allons, du vin !
Hôtesse ! nous voulons chanter jusqu’au matin.
As-tu toujours ta vigne et ta fille jolie ?
L’amour, le vin, voilà les seuls biens de la vie. »

Le second voyageur s’inclina près du lit,
Et fermant les rideaux, à demi-voix il dit :
« Moi, je t’aimais, enfant ; j’aurais été fidèle
Adieu donc pour toujours, à toi qui fus si belle ! »

Et l’on disait en bas : « Du vin, allons, du vin !
Hôtesse ! nous voulons chanter jusqu’au matin.
As-tu toujours ta vigne et ta fille jolie ?
L’amour, le vin, voilà les seuls biens de la vie. »

Le dernier voyageur s’inclina près du lit ;
Baisant ce front de marbre, à demi-voix il dit :
« Je t’aimais et je t’aime, enfant si tôt enfuie !
Je n’aimerai que toi jusqu’au soir de ma vie. »

Et l’on disait en bas : « Du vin, allons, du vin !
Hôtesse ! nous voulons chanter jusqu’au matin.
As-tu toujours ta vigne et ta fille jolie ?
L’amour, le vin, voilà les seuls biens de la vie. »

Et la mère à genoux disait, mais sans pleurer :
« Un cœur pur en ces lieux ne pouvait demeurer ;
Un bon ange veillait sur ma fille innocente…
Elle pleurait ici, dans le ciel elle chante ! »

Et l’on disait en bas : « Du vin, allons, du vin !
Hôtesse ! nous voulons chanter jusqu’au matin.
As-tu toujours ta vigne et ta fille jolie ?
L’amour, le vin, voilà les seuls biens de la vie.

— Entrez, seigneurs, entrez ! le vent est froid, la nuit.
Ma vigne donne un vin qui brûle et réjouit ;
Le soleil a mûri les raisins qu’elle porte,
Mon vin est clair et bon ; buvez !… Ma fille est morte !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments