Les Plus Lus

  • Migration

    Soudain, la vie l’etonnement de la mer De quelle fêlure l’errance de quelle écharde l’origine infinie qui se dérobe ? Devant toi la mer son alphabet d’esquifs et légendes sa rotondité en trompe l’œil ses vieux nomades célibataires à l’écoute des dernières sirènes Derrière toi la mer tes racmes en convulsions une terre celée au […] Plus

    Lire la suite

  • Ville creusée au burin des larmes

    Ville creusée au burin des larmes et des cris de haine Je connais ton labyrinthe menaçant Je connais la perte de tes détours Car j’ai fait éclater mon cœur Dans ton tourbillon de sanglots il ne me reste qu’à forger ce coin d’acier A la fureur destructrice où se rejoignent les lamentations Du fleuve souterrain […] Plus

    Lire la suite

  • Survie

    Je t’évoque bananier pathétique agitant mon cœur nu dans le jour psalmodiant je t’évoque vieux hougan des montagnes sourdes la nuit juste la nuit qui précède la dernière et ses roulements d’ennui frappant à la poterne folle des villes enfouies mais ce n’est que le prélude des forêts en marche au cou sanglant du monde […] Plus

    Lire la suite

  • survie, survient ?

    La survie, si lente pour le clochard qu’elle dure la vie entière,si rapide au motard, garrottant son artère,intelligente trouvaille, digne de Mcgayvers,volontaire bataille, contre tous les cancers, petits gestes fugaces pour l’esprit suicidaire,grande éloquence donnée au procès sanguinaire,oubliée, au cachot d’une tour millénaire,publiée, tous les jours par la faim et la guerre, dans l’aboiement des […] Plus

    Lire la suite

  • Cristal de vivre

    J’aurais voulu écrire un livre sur le bonheur de vivre où la joie éclatait en explosions successives où le matin était l’angoisse heureuse d’être où le crépuscule du soir était un apaisant baiser de l’inconnu j’aurais voulu être mangé comme un fruit de lumière être bu comme une tisane de bonté j’aurais voulu vous présenter […] Plus

    Lire la suite

  • La mise en mots

    Toute existence mise en mots se bonifie. Je suis banal à la façon des cafetières, tombées sur le tapis, alors que mille mouches trempent déjà dans le liquide noir. L’atmosphère est précise : un certain sentiment de lassitude ou de mystère entoure mon image, et la nature morte va bientôt s’animer. Toute vie est survie […] Plus

    Lire la suite

  • Déroute de la déroute

    Fouaille dans l’épouvantail, fécal fanal, pie ! Égosille-toi dans les charbons ardents ! Lucider remonte, hirsute, la pente du cogito Pointe sa langue hors de la gueule de la conscience Népal de la survie, poussier de savoirs — gâche tout Ostrogodi du gouvernail horrifie la maligne Comtesse d’O Fustige le sens du sens — Aie […] Plus

    Lire la suite

  • Tendresse

    Après le désespoir vient la tendresse, comme il sied aux vieillards. Je suis joyeux, je me redresse et je m’adonne à l’art. Je parle aux fleurs. J’entretiens les comètes. J’écoute la chanson qu’un saxophone me répète : « Ensemble nous pensons… » Je monologue avec une peinture ou les statues de sel. Que sont mes […] Plus

    Lire la suite

  • Le voyage de l’immortalité est écrit dans notre autobiographie dans la vie avec intégrité

    Le voyage de l’immortalité est écrit dans notre autobiographie dans la vie avec intégrité. Aujourd’hui nous manquons d’un monde philosophique qui guide nos vies, et d’une romance qui restaure notre respect pour notre humanité. Parfois, nous sommes incapables d’accomplir certaines tâches personnelles et préférons contenir certaines des crises des autres. Les cris de l’humanité se […] Plus

    Lire la suite

  • Le salut est partout

    Il me dit soudain : La vie est la forme approximative de la vraie vie. Je levai les yeux vers lui. Il se pencha légèrement vers moi et ajouta : Mais oui : la vie n’est pas séparée de la vraie vie. Celui qui, les bras croisés de l’autre côté de la porte, nous écoutait, […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.