Annonciades

la bonne nouvelle m’aura été portée à travers la cohue d’astres jaunes et rouges en fleurs pour la première fois par une volée de pouliches ivres

elles me disent que les phasmes se sont convertis en feuillage et acceptent de se constituer en forêts autonomes qu’une fumée blanche monte du concile des quiscales pour annoncer que dans les zones les plus sombres du ciel des lucarnes se sont allumées

que le courant a été établi depuis le surfin du soleil jusqu’à la collerette des salamandres montant la garde aux tunnels

que la rouille est tombée en grêle libérant tout un imprévu de papillons

que les lamantins couverts de pierreries

remontent les berges

que toute la cérémonie enfin a été ponctuée par le tir

solennel des volcans installant de plein droit des lacs dans

leur cratère

poussants mon fol élan

feuillants ma juste demeure

racines ma survie

une goutte de sang monte du fond

seule incline le paysage

et au faîte du monde

fascine

une mémoire irréductible

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

Ne coupez pas

La nuit