Tisbé

En cet habit d’étoffe ancienne,

Tu sembles, au siècle des cours,

Une noble Vénitienne.

Cette dentelle aux mille jours

Est un nid fait pour les Amours :

Watteau, de la grâce idolâtre,

T’eût peinte en tes riches atours

Avec ce manteau de théâtre.
C’est vers vous, les enchanteresses,

Que l’oiseau bleu tourne son vol !

A présent déroule ces tresses,

Jette ces perles sur ton col ;

Donne ta voix de rossignol

A Tisbé, l’ange aux mains fiévreuses,

Car c’est elle avec doña Sol,

Qui sont toujours nos amoureuses.
Février 1861.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez-nous et laissez vos mots s'envoler comme des papillons, comme le faisait Desnos.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

V… le baigneur

Quand l’infidèle usait envers moi de ses charmes