Vers sapphiques

Ma foi, mon espoir, mes chants fiers et doux,

Je t’ai tout donné, jusqu’à mon courroux.

Ce n’est pas assez, dit ton cœur jaloux.

Il a bien raison !
Il me faut bénir ta blonde toison,

Tes beaux yeux armés pour la trahison,

Et ton sein de neige, et le noir poison

Qu’a versé ta main !
Je les bénirai ! cher ange inhumain,

Fleurisse ta bouche au riant carmin !

Et toi, si ton pied le trouve en chemin,

Foule aux pieds mon cœur.
Oui, sers de complice au passant moqueur,

Et du noir oubli rhapsode vainqueur,

Mes vers frémissants chanteront en chœur

Ton nom adoré.
Jusqu’aux astres clairs je l’emporterai,

Et mon luth, peut-être un jour admiré,

Fera que l’éclat de ton front doré

Demeure immortel.
Puisse-t-il, flambeau de mon cher autel,

Éblouir de feu les divins sommets,

Et sur les piliers de saphir du ciel

Briller à jamais.

Février 1861.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments