On devient attentif et rêveur

On devient attentif et rêveur, on s’attend
A voir passer là-haut quelque groupe éclatant,
Des choeurs éblouissants, des fêtes idéales,
Des archanges menant des pompes triomphales,
Des âmes dans la gloire et dans l’azur, le soir,
Quand le vent, dans le ciel mystérieux et noir,
Sur l’horizon, chargé de vapeurs remuées,
Bâtit confusément des portes de nuées.

Assomption, le 15 août 1847.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments