Viens ! – une flûte invisible

Viens ! une flûte invisible
Soupire dans les vergers.
La chanson la plus paisible
Est la chanson des bergers.

Le vent ride, sous l’yeuse,
Le sombre miroir des eaux.
La chanson la plus joyeuse
Est la chanson des oiseaux.

Que nul soin ne te tourmente.
Aimonsnous! aimons toujours !
La chanson la plus charmante
Est la chanson des amours.

Les contemplations

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cependant qu’au palais de procès tu devises

L’autopsie du néant