Abîme

il pensa à la logique des dents du marécage

il pensa au plomb fondu dans la gorge de la
Chimère

il pensa à une morgue de becs dans le mouroir des coraux

il pensa à la prorogation sans limites à travers

les plages du temps

de la querelle séculaire

(le temps d’une éclipse d’âme il y eut en travers

de moi-même la passion d’un piton)

il pensa à un trottinement de souris dans le palais

d’une âme royale

il pensa à la voix de chiourme étranglée d’une chanson

puis par la halte sans âme d’un troupeau

à un isolât de limaces de mer coiffées de leur casque à

venin

ainsi

toute nostalgie

à l’abîme

roule

Abîme
Notez
Print Friendly, PDF & Email

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Aimé Césaire

Par Aimé Césaire

Aimé Césaire, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France, est un écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe.

Au Pays Latin

Petit pastiche de Mme de Noailles