Vénus

Le feuillage lascif et chaud brûle les ailes
Des oiseaux dont le chœur éclate dans la nuit ;
Le rossignol redit cent fois : les fleurs sont belles.
L’oiseau qui ne sait pas de chansons fait du bruit.

L’amour fait palpiter sous leurs robes nouvelles
Le buisson qui gazouille et l’insecte qui luit,
Et, des choses d’un jour aux choses éternelles,
Embrasse l’univers qui s’abandonne à lui.

Le ciel sourit ; le sol jase ; la rose est folle :
A l’hymen du soleil elle tend sa corolle ;
Et l’antique Venus est éparse dans l’air ;

Et la vierge qui rêve, et l’homme qui médite
Se sentent tressaillir dans l’âme et dans la chair,
Et subissent aussi l’indomptable Aphrodite.

Voter pour ce poème!

Albert Mérat Apprenti Poète

Par Albert Mérat

Albert Mérat, né le 23 mars 1840 à Troyes et mort le 16 janvier 1909 en son domicile dans le 14 arrondissement de Paris, est un poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans le monde de la poésie, chaque mot compte. Votre voix a sa place ici.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Frontispice

Les collines