A un astronome

Ami, si dans le ciel, sur ces pages d’azur
Dont votre œil lit d’en bas les sublimes merveilles,
Vous savez une étoile où, pour ses longues veilles,
La couche du poète est un chevet moins dur,

Un monde où le poète, en charmant les oreilles,
Puisse au cœur préféré s’ouvrir un chemin sûr,
Ami, dites-le moi, que vers ce monde pur
J’emprunte pour voler les ailes des abeilles ;

Car je suis las de voir mes hymnes impuissants,
Monter et s’exhaler ainsi qu’un vil encens,
(Les larmes et les vers sont l’encens de notre âme…)

Mais non, astres jaloux, poursuivez votre cours,
Laissez-moi, sur la terre, adorer cette femme,
Je veux l’aimer encore, je veux l’aimer toujours.

Voter pour ce poème!

Antoine de Latour Apprenti Poète

Par Antoine de Latour

Antoine Tenant de Latour, né à Saint-Yrieix le 30 août 1808, mort à Sceaux le 27 avril 1881, est un écrivain français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une boussole dans notre univers poétique. Orientez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Jocelyn, le 16 décembre 1793

L’écran