Ignorance

Je n’écoute plus toutes les belles histoires que l’on me raconte sur l’avenir le passé le présent du

Brésil
Je vois par la portière du train qui maintenant accélère sa marche
La grande fougère ptéris caudata
Qu’il n’y a pas un oiseau
Les grandes fourmilières maçonnées
Que les lys forment ici des buissons impénétrables
Les savanes se composent tantôt d’herbes sèches et de sous-arbrisseaux tantôt au milieu des herbes d’arbres épars ça et là presque toujours tortueux et

rabougris
Que les ricins atteignent plusieurs mètres de hauteur
Il y a quelques animaux dans les^prés des bœufs à longues cornes des chevaux maigres à allure de mustang et des taureaux zébus
Qu’il n’y a aucune trace de culture
Puis je ne sais plus rien de tout ce que je vois
Des formes
Des formes de végétation
Des palmiers des cactus on ne sait plus comment appeler ça des manches à balai surmontés d’aigrettes roses il paraît que c’est un fruit aphrodisiaque

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments