Paris

Je suis resté toute la nuit sur le pont écoutant les messages qui arrivaient par

T.

S.

F. en déchiffrant quelques bribes
Et les traduisant en clignant des yeux pour les étoiles
Un astre nouveau brillait à la hauteur de mon nez
La braise de mon cigare
Je songeais distraitement à

Paris
Et chaque étoile du ciel était remplacée parfois par un visage connu
J’ai vu

Jean comme une torche follette l’œil malicieux
d’Erik le regard posé de

Fernand et les yeux d’un
tas de cafés autour de

Sandcrs

Les besicles rondes d’Eugénia celles de

Marcel

Le regard en flèche de

Mariette et les yeux dodelinant
du

Gascon

De temps en temps

Francis et

Germaine passaient en
auto et

Abel faisait de la mise en scène et était triste

Puis la

T.

S.

F. reprenait et je regardais les étoiles

Et l’astre nouveau s’allumait à nouveau au bout de
mon nez

D m’éclairait comme

Raymone

Tout près tout près

Blaise Cendrars
Lieux

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments