Le fugitif de lui-même dans l’empressement est comme le fugitif du temps,

Le fugitif de lui-même dans l’empressement est comme le fugitif du
temps, confus sur ses affaires, ne sachant où il va, quelle direction
prendre, quelle vie le rencontre et quel destin l’attend.
Au nom de l’amour et de la paix, nous avons écrit de grands poèmes sur
la vie pour glorifier l’existence humaine menacée par les guerres et
par l’effondrement moral qui nous ramène à l’âge des ténèbres.
Pour la vérité, tous les mots de colère ont crié face à la vie.
Au nom de la liberté, tous les peuples du monde se sont sacrifiés pour
s’opposer à tout colonialisme et à toutes les idées tyranniques, afin
que le soleil de la liberté brille partout.
Pour l’enfance de la vie, semons toutes les graines de l’amour, du
rêve et de l’espoir dans la vie.
Il n’est plus possible de se taire devant ceux qui se font des idées
inhumaines sur la vie.
Un cri dans le monde en demande assez en vain dans cette vie.
Les commerçants de la conscience du monde tomberont inévitablement
devant la justice divine.
Je m’incline devant tous ceux qui font la beauté dans ce monde.
La vraie justice n’accepte pas la fragmentation.
Le contournement de la loi est un vol pratiqué professionnellement,
même par des avocats représentant la justice.
Les faussaires de la vérité vivent sous le couvert de mensonges
continus dans la peur émergeant du soleil de la vérité.
Quand la plume ose vilipender certains de nos comportements honteux
dans la vie, ayez confiance que la vie est devenue impossible dans une
couleur grise

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poètes sculptent la réalité avec des mots. Devenez un sculpteur, tel un Rodin du commentaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

De l’orgueil de la vie, sa juste logique

Le génie des mots