L’abeille qui plongeait

L’abeille qui plongeait dans cette campanule,
Mes doigts agilement sur elle ont clos la fleur
Entends, si ton oreille approche sa cellule,
L’insecte bourdonner sur un ton querelleur.

Ce n’est là qu’une image encore, ma bien-aimée :
Dans ton cœur où j’entrais un jour, le croyant sûr,
Mon âme, ivre d’un miel divin, chante enfermée,
Pareille à ta captive ailée, urne d’azur !

Voter pour ce poème!

Charles Guérin Apprenti Poète

Par Charles Guérin

Charles Guérin, né le 29 décembre 1873 à Lunéville, où il est mort le 17 mars 1907, est un poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots sont des étoiles dans notre nuit poétique. Allumez notre firmament.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Cadences de 1 univers

Tu rangeais en chantant pour le repas du soir