L’enfant et le frelon

Fable XII, Livre II.

Un jeune enfant n’avait pas remarqué
Certain Frelon qui pillait un parterre ;
Comme un auteur surpris par le folliculaire,
Au milieu de ses jeux, zeste, il se sent piqué,
Au moment qu’il n’y pensait guère.
Comme un auteur, il jette les hauts cris.
Accourt monsieur l’abbé du fond de sa retraite.
Vengez-moi, lui dit-on, quand il a tout appris.
— Vous venger, mon enfant ! la chose est déjà faite.
Le sage avait raison ; car l’insecte pillard,
Martyr de sa propre furie,
Dans la piqûre, avec son dard,
Avait déjà laissé sa vie.

À même cause, même effet ;
Laissons en paix le pauvre monde :
Gens d’humeur par trop furibonde,
On peut mourir du mal qu’on fait.

Voter pour ce poème!

Antoine-Vincent Arnault Apprenti Poète

Par Antoine-Vincent Arnault

Antoine Vincent Arnault, né le 1ᵉʳ janvier 1766 à Paris et mort le 16 septembre 1834 à Goderville est un homme politique, poète et auteur dramatique français, deux fois élu à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie transcende le temps. Écrivez comme Baudelaire, commentez comme Aragon, et laissez votre empreinte.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le mulot et l’éléphant

L’enfant et les deux chiens