Le dernier souvenir

J’ai vécu, je suis mort. Les yeux ouverts, je coule
Dans l’incommensurable abîme, sans rien voir,
Lent comme une agonie et lourd comme une foule.

Inerte, blême, au fond d’un lugubre entonnoir
Je descends d’heure en heure et d’année en année,
À travers le Muet, l’Immobile, le Noir.

Je songe, et ne sens plus. L’épreuve est terminée.
Qu’estce donc que la vie ? Étaisje jeune ou vieux ?
Soleil ! Amour ! Rien, rien. Va, chair abandonnée !

Tournoie, enfonce, va ! Le vide est dans tes yeux,
Et l’oubli s’épaissit et t’absorbe à mesure.
Si je rêvais ! Non, non, je suis bien mort. Tant mieux.

Mais ce spectre, ce cri, cette horrible blessure ?
Cela dut m’arriver en des temps très anciens.
Ô nuit ! Nuit du néant, prendsmoi ! La chose est sûre :

Quelqu’un m’a dévoré le coeur. Je me souviens.

Poèmes barbares

Voter pour ce poème!

Charles-Marie Leconte De Lisle Apprenti Poète

Par Charles-Marie Leconte De Lisle

Leconte de Lisle est un poète français, né le 22 octobre 1818 à Saint-Paul sur l'île de la Réunion et mort le 17 juillet 1894 à Voisins. Leconte de Lisle est le nom de famille du poète.

Poemes Charles-Marie Leconte De Lisle - Découvrez les œuvres poétiques de Charles-Marie Leconte De Lisle

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre commentaire est une étoile dans notre ciel poétique. Brillez avec le vôtre.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ciels brouillés

Renouveau