J’ay fait des vers toute ma vie

J’ay fait des vers toute ma vie
Et j’ay toute ma vie aimé ;
Ma pauvre veine en est tarie,
Et mon coeur en est consumé.

J’estois glorieux de te suivre,
Pere du sçavoir et du jour,
Et croiois aussi que l’Amour
Me feroit heureusement vivre.

Maintenant près de mes vieux ans
J’ay mille repentirs cuisans
De n’avoir pris un meilleur maistre :

Phoebus et l’Amour m’ont trahy,
Mes vers, vous le faites connestre
Combien tous les deux m’ont hay.

Vers amoureux

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’Oiseau

Blotti comme un oiseau