Ne coupez pas

Quand je me téléphone un autre me répond Il n’est là pour personne et me dit toujours non

Il comprend de travers mon adresse mon nom Il répète à l’envers toutes mes commissions

Bête comme un écho qui s’embrouille parmi le halo de ses mots ne comprend qu’à demi

Bête comme une voix qui résonne résonne dans un désert tout froid il raccroche et je sonne

Allô Allô c’est moi qui est à l’appareil Mais c’est un autre moi pareil et pas pareil

Un autre me répond

un autre ou bien personne.

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Locutions des Pierrots, XVI

Annonciades