Quelques louanges nonpareiIles

Quelques louanges nonpareiIles
Qu’ait Apelle encor aujourd’hui,
Cet ouvrage plein de merveilles
Met Rabel audessus de lui.

L’art y surmonte la nature,
Et si mon jugement n’est vain,
Flore lui conduisait la main
Quand il faisait cette peinture.

Certes il a privé mes yeux
De l’objet qu’ils aiment le mieux,
N’y mettant point de marguerite

Mais pouvaitil être ignorant
Qu’une fleur de tant de mérite
Aurait terni le demeurant.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments