La Princesse de Lamballe

Pendant la vogue des traîneaux, la Reine en reçut un bleu et or, attelé de chevaux blancs aux harnais de velours bleu ; elle le partageait souvent avec la princesse de Lamballe…

James de Chambrier, Marie-Antoinette, Reine de France.
Sur la neige, dans un traîneau dont une rêne

Est d’or et dont l’autre est d’argent, montrant son clair

Sourire, et le satin duveté de sa chair,

Passe Lamballe, assise à côté de la Reine.
On dirait que le vent furieux les entraîne.

En fourreaux de velours épais garnis de vair,

Elles volent, dans la blancheur de l’âpre hiver,

Au galop des petits chevaux noirs de l’Ukraine.
Tout est orgueil, amour, fête, éblouissement

Dans ce groupe de sœurs glorieux et charmant,

Et les beaux grenadiers du régiment de Flandre
Admirent cet éclair de jeunesse et de lys,

Et ces regards d’enfant et cet accord si tendre.

« O têtes folles ! » dit madame de Genlis.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poètes tissent leur toile de mots. Ajoutez un fil précieux avec votre commentaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Quelques louanges nonpareiIles

Chanson à boire