L’aveu

A ma dame.
Ton âme avait alors la blancheur des grands lys

Que berce la chanson des vents rasant la terre ;

L’Amour était encor pour toi tout un mystère,

Et la sainte candeur te drapait dans les plis
De sa robe… Ce fut par les bois reverdis,

A l’heure où dans le ciel perce la lune austère.

Je te vis, je t’aimai, je ne pus te le taire

Et tout naïvement alors je te le dis.
Tu fixas sur mes yeux tes yeux de jeune vierge,

Brillants de la clarté douce et pure d’un cierge,

Ton front rougit… tu n’osas pas me repousser.
Et l’aveu tremblotant, dans un soupir de fièvre,

S’exhala de ton coeur pour errer sur ta lèvre,

Où je le recueillis dans un premier baiser.
Gaston Couté

Voter pour ce poème!

Gaston Couté Apprenti Poète

Par Gaston Couté

Gaston Couté, né à Beaugency dans le Loiret le 23 septembre 1880, mort à Paris-10e le 28 juin 1911, est un poète libertaire et chansonnier français, connu pour ses textes antimilitaristes, sociaux et anarchistes utilisant parfois le patois beauceron ou l'argot.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots sont des étoiles dans notre nuit poétique. Allumez notre firmament.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La pucelle

Le Cierge