La Loi

La plume a des jus

Trop faits pour la gnose.

L’eau d’or ?

L’eau de rose ?

Pas besoin non plus.
Et besoin de quoi ? –

Nom de

Dieu, ta gueule !

Je suis chaste et coi.

L’âme est chaste et seule.
Toujours ta sébile

Qui vient nous tinter

Des guerres civiles.

Des gloires d’été.
Des bonheurs cerbères

Et d’utilité

Pour des caractères

De fille à tout faire !
Laisse-moi téter

Un peu de béant

Dans le gros néant

De l’éternité.
S’il me plaît à moi.

De ne pas comprendre

La bêlante foi

En quête du tendre !
Le sang ?

On en a

Besoin dans nos veines.

Mais l’autre ânonna :
Du sang de fontaine.
C’est encor plus beau,
Car les dieux se lavent
L’œil et le jabot
Dans du sang d’esclave.
C’est bon. c’est compris.
Hommes, chiens, génisses.
Il faut qu’on gémisse
Pour avoir le prix.
Sueurs et travaux.

Cendres, feux et fanges.

Puis les premiers aux

Guichets des archanges.
Comptés, mesurés.

Inscrits aux cadastres.

Et ça va durer ? –

Autant que les astres.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments