Le Pendu

Non.

Louise, non.

Louise

N’aimera jamais

Louis,

Bien que

Louise ne dise

Non ni oui.
Louise, la fine mouche

Aime ailleurs de toul son cœur.

C’est ça.

Louis, ta

Minouchc

Couche ailleurs.
Tisse des rayons de lune.

Forge tes pleurs en joyaux.

Louis, tu fais tes solos

Pour des prunes.
Pas la peine, mandoline.

De trrmbler tes plus doux airs ;

Autant planter de la vigne

Au désert.
T’as beau lancer, t’as beau faire

Du sang de tes quatre veines.

Du feu de tes quatre fers.

Pas la peine.
Elle couche avec

Fabrice

Et cajole un peu partout.

Mais avec toi, mon jocrisse.

Pas du tout.
Voici du cordeau de lin.

Vite un clou dans ta guérite :

Pends-toi,

Louis, ton chagrin

Fuira vite.
Tu n’eus, tu n’auras sa hanche

Et son giron ni dimanche.

Ni jamais, ni juin, ni mai.

Ni jamais.
Un crampon dans le sapin.

Le nœud est déjà tout lisse,

Louis, ton chagrin s’y glisse.

Pends-le bien.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments