De sa Sainte

Un jour ma Sainte au temple saint oroit.
Au ciel estoit le bruit de son silence,
Comme un Soleil reluisoit sa presence,
Et tout le lieu de son ombre doroit.

L’image en Croix de cil qu’elle adoroit,
Signes monstroit de grand’ benivolence
Saintes et Saints luy faisoient reverence,
Et tout le temple honoré l’honoroit.

Ce que j’en dy n’est pas nouvelle sceue
Par rapport d’autre, et n’en suis inventeur :
Car de mes yeux j’ay la chose apperceue.

Que si je suis oultre mon gré menteur,
Et que ma veuë en cela soit deceue,
Tu es, Amour, un terrible enchanteur.

Repos de plus grand travail

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Guillaume Des Autels

Guillaume Des Autels, né en 1529 en Bourgogne et mort dans les années 1580, est un poète et polémiste français associé à la Pléiade.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez un peu de votre âme dans nos vers. Votre commentaire compte.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Pudentiane

Que je t’aime…