Pudentiane

Attouchez, sans toucher, On est dévotieuse,
Ni ne retient à son escient.
Mais On pâme d’horreur d’être : luxurieuse
De corps et de consentement !…

Et de chair… de cette oeuvre On est fort curieuse,
Sauf le vendredi seulement :
Le confesseur est maigre… et l’extase pieuse
En fait : carême entièrement.

…Une autre se donne. Ici l’On se damne
C’est un tabernacle ouvert qu’on profane.
Bénitier où le serpent est caché !

Que l’Amour, ailleurs, comme un coq se chante…
CIGIT ! La pudeurd’attentat le hante…
C’est la Pomme (cuite) en fleur de péché.

Les Amours jaunes

Voter pour ce poème!

S'il vous plaît, partagez votre génie avec nous en laissant un commentaire sur ce poème! Nous voulons connaître votre perspective unique!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments