Pudentiane

Attouchez, sans toucher, On est dévotieuse,
Ni ne retient à son escient.
Mais On pâme d’horreur d’être : luxurieuse
De corps et de consentement !…

Et de chair… de cette oeuvre On est fort curieuse,
Sauf le vendredi seulement :
Le confesseur est maigre… et l’extase pieuse
En fait : carême entièrement.

…Une autre se donne. Ici l’On se damne
C’est un tabernacle ouvert qu’on profane.
Bénitier où le serpent est caché !

Que l’Amour, ailleurs, comme un coq se chante…
CIGIT ! La pudeurd’attentat le hante…
C’est la Pomme (cuite) en fleur de péché.

Les Amours jaunes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments