Je vous écoutais et je vous suivais Antonin Artaud

Je vous écoutais et je vous suivais

Antonin Artaud

Dans le retentissement et le sarcasme de Tout

J’apercevais des ombres, je situais ton délire et j’incarnais réellement ta vie

Sans me douter de ta mort

Sans me douter que j’étais destiné

A vivre seul et maudit

Sans me douter que tes paroles en moi

Prendraient forme et naissance comme des êtres minuscules et puissants et que je serais menacé par l’horreur par la démence et que la mort s’appesantirait longuement sur ma vie.

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ordre

Lettres perdues