La solitude la mort la dernière révolte

La solitude la mort la dernière révolte

Celle d’une gloire jouée sur le tapis du temps

Et la parodie qui défigure toute douleur

La fatigue et ce rictus qui n’en finit plus de

masquer la vie

Dont la substance est confondue avec le sperme

Pour un breuvage plus amer et plus mortel que

la misère

Je suis un monstre sans doute

Car je suis encore à l’agonie après des années

Une agonie généralisée dans la dérision

Dans la parodie de la plus totale douleur

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments