Histoires de chiens

Dans l’Aurore, un grand quotidien parisien,

le 23 novembre 1972

On pouvait voir le portrait de trois chiens :

Tom le setter irlandais

Patrick le carlin

et Vicky le caniche nain

« les trois chiens de la Maison Blanche habillés de rubans multicolores en l’honneur de Noël, chargés habituellement de délasser le Président Nixon des soucis de la politique ».

Ce sont vos chiens monsieur le Président

mais dites-moi, le chien de qui êtes-vous? certainement

pas un chien perdu, un bon Médor fouillant dans la

boîte de Pandore pour découvrir un peu de bonheur. Vous n’êtes pas, non plus, comme Papillon le chien de

madame Chautard et l’ami d’un petit chat qu’on

avait jeté dans la Durance.

« — Ils me jetaient des pierres pour me tuer. — Allons, répondait Papillon, ne pense plus à ces choses. Dors! Puis il s’est mis à lécher son ami sur le front, justement là où sont les idées tristes des petits chats. »

Les petits enfants du Viêt-Nam que vous avez et que vous arrachez chaque jour à la vie, eux non plus, comme le petit chat ne voulaient pas, ne veulent pas mourir.

Alors!

Alors vous n’êtes pas un bon chien.

Tout bêtement, trop souvent, tout simplement vous êtes comme un roi des rois, le roi des chiens méchants.

Des chiens policiers, des chiens bombardiers, des chiens racistes, assassins, éventreurs.

Et vous portez collier d’or et chaîne de plutonium rivée à votre grande Niche Blanche.

Blanc comme elle

le linge sèche devant

en plein vent.

Pas la moindre tache de saleté cachée,

la moindre trace de sang coagulé.

Le jardin n’est pas défolié.

Les tondeuses à gazon ronronnent pendant que tombent au Viêt-Nam les bombes de trente tonnes et que les majorettes de la majorité qui se tait claironnent, la jambe en l’air, l’entrain, la gaieté.

Le silence est d’or malgré le vacarme de la mort.

Et vous en profitez, monsieur le Président Nixon, pour proclamer dans les micros du monde entier les statuts de votre liberté

Article premier :

Seuls nous serons libres d’être libres et Dieu reconnaîtra les chiens!

Les chiens!

S’il en a été question ici c’est à cause d’un dessin de

Sandy avec un chien déjà ancien Sandy c’est Calder

Calder est américain et l’Amérique est son pays un pays comme un autre, mais peut-être un peu trop

grand pour lui un pays vivant, tragique et marrant avec dedans pas seulement des chiens dévorants mais des très malheureux et des trop contents d’eux, et des amis, et des amants, des fous, des savants, des enfants merveilleux noirs et blancs.

Ce pays je le connais à peine

Sandy je le connais à plaisir

Fasse le fil des jours dans les aiguilles du temps

Un de ces jours-là, précisément, Janine ma femme, demandait à Sandy s’il y avait longtemps qu’on se connaissait.

– Oui longtemps, très longtemps, à Montparnasse, sous

la table! répondit Sandy à très peu de choses près, c’était vrai.

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Éloignant vos beautés, je vous laisse en ma place

L’andalouse