Le baptême de l’air

Cette rue

autrefois on l’appelait la rue du
Luxembourg

à cause du jardin

Aujourd’hui on l’appelle la rue
Guynemer

à cause d’un aviateur mort à la guerre

Pourtant

cette rue

c’est toujours la même rue

c’est toujours le même jardin

c’est toujours le
Luxembourg

Avec les terrasses… les statues… les bassins

Avec les arbres

les arbres vivants

Avec les oiseaux

les oiseaux vivants

Avec les enfants

tous les enfants vivants

Alors on se demande

on se demande vraiment

ce qu’un aviateur mort vient foutre là-dedans.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Attendez-moi sous l’orme

Madrigal (sur un carnet d’ivoire)