L’enfant de mon vivant

Dans la plus fastueuse des misères

mon père ma mère

apprirent à vivre à cet enfant

à vivre comme on rêve et jusqu’à ce que mort s’ensuive

naturellement

Sa voix de rares pleurs et de rires fréquents

sa voix me parle encore

sa voix mourante et gaie

intacte et saccagée

Je ne puis le garder je ne puis le chasser

ce gentil revenant

Comment donner le coup de grâce

à ce camarade charmant

qui me regarde dans la glace

et de loin me fait des grimaces

pour me faire marrer

drôlement

et qui m’apprit à faire l’amour

maladroitement

éperdument

L’enfant de mon vivant

sa voix de pluie et de beau temps

chante toujours son chant lunaire ensoleillé

son chant vulgaire envié et méprisé

son chant terre à terre

étoile

Non

je ne serai jamais leur homme

puisque leur homme est un roseau pensant

non jamais je ne deviendrai cette plante
Carnivore qui tue son dieu et le dévore et vous invite à déjeuner et puis si vous refusez vous accuse de manger du curé

Et j’écoute en souriant l’enfant de mon vivant

l’enfant heureux aimé

et je le vois danser

danser avec ma fille

avant de s’en aller

là où il doit aller.

Voter pour ce poème!

Jacques Prévert Apprenti Poète

Par Jacques Prévert

Jacques Prévert, né le 4 février 1900 à Neuilly-sur-Seine et mort le 11 avril 1977 à Omonville-la-Petite, est un poète français. Auteur de recueils de poèmes, parmi lesquels Paroles, il devint un poète populaire grâce à son langage familier et à ses jeux sur les mots.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est un voyage dans notre univers. Partez à l'aventure avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Maman : source de vie

Trois choses sur la commode