Ô Père dont jadis les mains industrieuses

Ô Père dont jadis les mains industrieuses
Cette vigne ont planté, vois comme au lieu du fruit
Qu’elle dût rapporter, ingrate elle produit
Pour couronner ton fils des ronces épineuses.

Ces épines étaient les peines crimineuses
Des révoltes de l’homme au paradis séduit :
Et ce Christ, qui sa coulpe et ses peines détruit,
Ces épines arrose et les rend fructueuses.

Pour délivrer judas le Père descendant
D’épines entouré dans un hallier ardent
Fit l’effort merveilleux de sa forte puissance.

Et le fils descendant du séjour paternel,
Brûlant dans ce hallier d’un amour éternel,
Fait l’épineux effort de notre délivrance

(Sonnet LXIV)

Théorèmes

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Jean De La Ceppède

Jean de La Ceppède, seigneur des Aygalades, né en 1548 ou 1550 et mort à Avignon le 21 juillet 1623, originaire de Marseille, est un poète et magistrat français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

N'attendez pas, versez vos vers. Notre forum attend votre poésie.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

J’ai presque peur, en vérité

La neige est belle