Allons parmy les fleurs cueillir une guirlande

Allons parmy les fleurs cueillir une guirlande,
Afin d’en couronner la Reine des Beautez ;
Sois Venus, soit Phillis, à qui les Royautez
Vont indifferemment presenter leur offrande.

Les Graces, et l’Amour, seront de nostre bande ;
Les jeux, et les plaisirs suivront de tous costez :
La saison nous appelle à mille nouveautez ;
Et la rosée est cheute, et la moisson est grande.

Mais j’aperçois l’Amour, qui nous a prevenus,
Et qui cherche Phillis, qu’il prefere à Venus.
Amour, cruel Amour ! d’où vient que tu nous laisses ?

J’oy dans ta bouche un nom qui fait que je paslis.
Prens ta route où les fleurs seront les plus espaisses ;
C’est par là que sans doute aura passé Phillis.

Sonnets de Phillis

Voter pour ce poème!

Ne soyez pas comme le poète oublié Verlaine et laissez un commentaire pour montrer votre reconnaissance !

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments