En clair

Fenêtre ouverte en clair Ou bien tout se termine Ou bien tout recommence Et le premier matin du monde Animaux à genoux Des femmes qui s’en vont Des hommes qui reviennent Et le premier été du monde Abandonne découvre Etreint ma terre la dénoue Trébuche sur les pierres Et roule comme elles roulent Au bas de mon épaule Au bas de tes mains fraîches Où vient de s’arrêter Mon sang rouge calèche Dans le premier matin d’été.

image_printImprimer ce poème

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez avis ou analyse!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour à novembre

Vannière au matin frais