Retour à novembre

Je suis bien revenu des choses de la terre

Avec le vieux novembre au képi anthracite

Qui sifflote larmoie et colle dans le ciel

Des affiches mouillées de foire à la ferraille

Et que cela se nomme grille de cimetière

Ou bien grande éolienne de printemps

Jugez si je puis m’en foutre sachant

Combien les morts en dessous et les vents

Au-dessus dorment profondément !

C’est peut-être la saison qui veut ça

De profundis prechi-precha

Est-ce du vent que tout cela ?

Parce qu’il me semble bien me souvenir

Qu’en été c’est la même chose sinon pire

Et je vous dis moi que nous sommes

Un peu trop dans le monde à être laissés seuls

Et pour compte par le Grand Brocanteur

Ah ! mais la vie mon Dieu la vie

Tout de même n’est pas un moulin renfermé

Dans des lieues de grillage on y entre on en sort

Et si la sauvegarde et si le très beau corps

Bien sûr ne sont rien autre que gramen et squelette

Tout de même tout de même on aurait bien envie

Que parfois le soleil éclate à nos pommettes !

Ayez Seigneur pitié de nous

Qui peut-être vraiment ne savons pas aimer Pliez pliez de force nos genoux A la juste chaleur des hanches de la Femme A l’oraison glacée dans l’abside en campagne.

image_printImprimer ce poème

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez avis ou analyse!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Une barque la nuit

En clair