De la persévérance de son amour

Ce grand Amour qui au beau de ma dame,
De mon esprit les yeux va conduisant,
Est un Soleil, chauld, clair et reluisant
C’est proprement le Soleil de mon ame,

Ce beau Soleil de sa tresclaire flamme,
Me fait tout voir un univers plaisant :
Mais de son feu cruellement cuisant,
Trop ardemment il me brule et enflamme.

Car en son Ciel il est monté si hault,
Que je me sens desja fondre au plus chauld
De l’enragee et ardant’ Canicule.

Et toutesfois à fin que je languisse,
De plus en plus sans faire aucun solstice,
Tousjours il monte et jamais ne recule.

Repos de plus grand travail

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments