les cœurs mauvais

les cœurs mauvais,

 

cœur endurci de malheur, rabattant sa vie, comme un forgeron son fer 

cœur étanche de railleur, travaillant sa vie, comme un paysan sa terre 

cœur volage de bonheur, picorant sa vie, comme une poule son grain

cœur tout crispé de pudeur, contrôlant sa vie, comme un cheminot son frein 

cœur habillé de rancœur, endurant sa vie, comme un prisonnier son lot

cœur inlassable jouisseur, délivrant sa vie, comme un ivrogne son rot

cœur entaché de candeur, tâtonnant sa vie, comme un aveugle son mur

cœur orgueilleux de chasseur, exhibant sa vie, comme un sanglier sa hure 

cœur capricieux et pleureur, mâchouillant sa vie, comme un bébé son doudou  

cœur contrit sans ardeur, détaillant sa vie, comme un grand-père son moût 

 

cœur de science et d’erreurs, proliférant sa vie, comme une obèse son gras

cœur familier des honneurs, remplissant sa vie, comme un artichaut son plat

cœur tout contracté de peur, esquivant sa vie, comme une proie sa flèche 

cœur esclave des terreurs, étalant sa vie, comme une mendiante sa dèche

cœur chagriné et râleur, bredouillant sa vie, comme un bourgeois son droit

cœur en effronté menteur, imposant sa vie, comme la justice sa loi 

cœur inlassablement joueur, défendant sa vie, comme une reine son pion 

cœur excité et coureur, reluquant sa vie, comme une lionne son lion

cœur obsédé de douleur, étirant sa vie, comme un retraité son corps

cœur précédé d’une odeur, enterrant sa vie, comme un croque-mort son mort

 

cœur d’apparente froideur, conciliant sa vie, comme une femme son lit 

cœur avaricieux voleur, tamisant sa vie, comme un commerçant son riz

cœur préparé sans saveur, proclamant sa vie, comme un mariage son ban

cœur pénétré de raideur, clôturant sa vie, comme un nazillon son camp

 

 

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments