Zaïra

” Ô perle du désert ! dis-moi :
Si le giaour infidèle
Ne s’en revenait plus vers toi ?
– Je te comprends bien, lui dit-elle :

” Mais je m’appelle Zaïra.
Va, mon coeur l’aimerait quand même :
Je suis de la tribu d’Azra ;
Chez nous on meurt lorsque l’on aime ! “

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Elle avait emporté…

La vague