La Danseuse

A Henry Regnault
Salomé, déjà près d’accomplir son dessein,

Sous ses riches paillons et ses robes fleuries

Songeait, l’oeil enchanté par les orfèvreries

Du riant coutelas vermeil et du bassin.
Sa chevelure éparse et tombant sur son sein,

La Danseuse au front brun, parmi ses rêveries,

Regardait le soleil mettre des pierreries

Dans les caprices d’or au fantasque dessin,
Mêlant la chrysoprase et son fauve incendie

Au saphir, où le ciel azuré s’irradie,

Et le sang des rubis aux pleurs du diamant,
Comme c’est votre joie, ô fragiles poupées!

Car vous avez toujours aimé naïvement

Les joujoux flamboyants et les têtes coupées.

Janvier 1870.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez un peu de votre âme dans nos vers. Votre commentaire compte.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Bien que par le pesché, dont nostre premier pere

Les enfants de Louxor