Confiance

Sonnet

Quoi ! Sans te soucier de l’océan qui gronde,
Tu veux ta place à bord, sur mon vaisseau perdu ;
Et pour dire à Colomb qu’il a trouvé son monde,
Tu n’attends pas, enfant, qu’il en soit revenu !

Dans tes bras frémissants j’ai mis ma tête blonde.
J’ai bu ton souffle en feu, dans mon sein répandu ;
Et, comme le pêcheur voit la perle sous l’onde,
Dans ton regard charmant j’ai vu ton coeur à nu.

Sois bénie, à jamais, pour cette foi sublime !
Sans redouter les flots je braverai l’abîme,
Puisque j’ai ton amour, comme une étoile, aux cieux.

Et mon nom restera, triomphant et sonore,
Afin que, dans mille ans, la terre sache encore,
Ô mon ange adoré, la couleur de tes yeux !

Dernières chansons

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Louis Bouilhet

Poemes Louis Bouilhet - Découvrez les œuvres poétiques de Louis Bouilhet

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez l'encre de vos pensées couler sur nos pages virtuelles. Écrivez avec passion.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ode pour la paix

Les cordiers