Les Plus Lus

  • La gloire

    Coiffée d’un diadème d’épines Et des éperons plein les talons Toute nue sous son manteau d’hermine La femme à barbe entre au salon Je suis la grandeur d’âme Je donne des leçons de diction Des leçons de prédication de claudication de prédiction de malédiction de persécution de soustraction de multiplication de bénédiction de crucifixion de […] Plus

    Lire la suite

  • Le grand midi (fragment)

    – Halte, halte d’auberge! Plus outre! Plus bas! Halte d’auberge ! L’impatient devenir, fléchant de réveils et de fumées, orteils sanglants se dressant en coursiers, insurrection se lève ! Reine du vent fondu – au cœur des fortes paix -gravier, brouhaha d’hier reine du vent fondu mais tenace mémoire c’est une épaule qui se gonfle […] Plus

    Lire la suite

  • L’espoir en Dieu

    Tant que mon pauvre cœur, encor plein de jeunesse, A ses illusions n’aura pas dit adieu, Je voudrais m’en tenir à l’antique sagesse, Qui du sobre Épicure a fait un demi-dieu Je voudrais vivre, aimer, m’accoutumer aux hommes Chercher un peu de joie et n’y pas trop compter, Faire ce qu’on a fait, être ce […] Plus

    Lire la suite

  • À Laudes

    Source ineffable de lumière, Verbe en qui l’Eternel contemple sa beauté ; Astre dont le soleil n’est que l’ombre grossière, Sacré jour dont le jour emprunte sa clarté ; Lève-toi , Soleil adorable, Qui de l’éternité ne fais qu’un heureux jour ; Fais briller à nos yeux ta clarté secourable, Et répands dans nos cœurs […] Plus

    Lire la suite

  • Un fils

    I Quand ils vinrent louer deux chambres au cinquième, Le portier, d’un coup d’œil plein d’un mépris suprême, Comprit tout et conclut : – C’est des petites gens. Le garçonnet, avec ses yeux intelligents, Était gai d’être en deuil, car sa veste était neuve. Vieille à trente ans, sa mère, une timide veuve, Sous ses […] Plus

    Lire la suite

  • Sois de bronze et de marbre

    Sois de bronze et de marbre et surtout sois de chair Certes, prise l’orgueil nécessaire plus cher, Pour ton combat avec les contingences vaines ; Que les poils de ta barbe ou le sang de tes veines ; Mais vis, vis pour souffrir, souffre pour expier, Expie et va-t’en vivre et puis reviens prier, Prier […] Plus

    Lire la suite

  • Ores l’effroi et ores l’espérance

    Ores l’effroi et ores l’espéranceDe tous côtés se campent en mon cœur : Ni l’un ni l’autre au combat n’est vainqueur, Pareils en force et en persévérance. Ores douteux, ores pleins d’assurance, Entre l’espoir et le froid de la peur, Heureusement de moi-même trompeur, Au cœur captif je promets délivrance. Verrai-je point avant mourir le […] Plus

    Lire la suite

  • Notre terre

    Terre, dont les âpres rivages Et les promontoires géants Refoulent les vagues sauvages Que soulèvent deux océans ; Terre qui, chaque avril, émerges, Toute radieuse, à travers La cendre de tes forêts vierges Et la neige de tes hivers ; Terre richement variée De verdure et de floraisons, Que le Seigneur a mariée Au Soleil […] Plus

    Lire la suite

  • Les Danaïdes

    Sonnet. Toutes, portant l’amphore, une main sur la hanche, Théano, Callidie, Amymone, Agavé, Esclaves d’un labeur sans cesse inachevé, Courent du puits à l’urne où l’eau vaine s’épanche. Hélas ! le grès rugueux meurtrit l’épaule blanche, Et le bras faible est las du fardeau soulevé : « Monstre, que nous avons nuit et jour abreuvé, […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.