Le jeune homme et le vieillard

« De grâce, apprenezmoi comment l’on fait fortune,
Demandait à son père un jeune ambitieux.
Il est, dit le vieillard, un chemin glorieux :
C’est de se rendre utile à la cause commune,
De prodiguer ses jours, ses veilles, ses talents,
Au service de la patrie.
Oh ! trop pénible est cette vie ;
Je veux des moyens moins brillants.
Il en est de plus sûrs, l’intrigue… Elle est trop vile ;
Sans vice et sans travail je voudrais m’enrichir.
Eh bien ! sois un simple imbécile,
J’en ai vu beaucoup réussir. »

Fables

0

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Aux temps des dieux

Epitaphe de Marie Compane femme de Nicolas de Herberay